MéHina 3

Bravo à tous les élèves pour votre travail, cela commence à être du sérieux! C’est l’occasion d’approfondir et d’implanter plus encore ce que nous avons appris. Voici pour vous aider un petit résumé des épisodes précédents! A très bientôt…

Lettres apprises:

  •  ב  ה ד
  • ט    ת   ו   (cours 2)
  • א ר י ל ש (cours 1)

Chants appris : chéma, ma tovou, ledor vador, ossé chalom, ein kélohénou

Documents distribués:

Devoirs:

1 – Apprendre tous les mots surlignés dans le livre, qui sont ceux de écriture 2.
2 – Compléter la page « écriture 2 » avec les mots vus dans le livre.
3 – Écrire un dialogue avec les mots appris.
4 – Réviser les chants appris et leur vocabulaire

Bonus:

Parmi ces phrases, lesquelles comprenez-vous? Vous pouvez souligner les mots que vous ne reconnaitriez pas, nous verrons cela au prochain cours.

אבא שר שיר של שבת
אמא שרה שיר של ישראל
איש בא לאילת
אישה באה לאילת
יש לי בית
יש לה בת
הרב אוהב לשיר
הרבה אוהבת לשיר שירים
הילל לומד שיר
תהילה לומדת שירה
אברם אוהב ללמוד וללמד
שרי אוהבת לשיר את ההלל
אני אוהב את שרה  אני אוהב אותו
אני אוהבת את אברהם  אני אוהב אותו
אני בבית
את באילת
אתה בישראל
הוא בא אלי
היא באה אלי
הללו אל

 

Publicités

MéHina 1

Lettres apprises: א ר י ל ש

Mots appris:  Chalom, שלום     ani   אני , at        את,  ata  אתה ,

Pages du livre : p.22

Documents distribués:

Devoirs:

1 – feuille יהוה: repérer les lettres apprises dans l’alphabet, les écrire sur la même ligne, entourer en jaune le mot יהוה dans les prières au verso, colorier en bleu les lettres apprises au verso.

2 – feuille achré/ colorier en bleu toutes les lettres apprises.

3 – savoir écrire les lettres à l’énoncé de leur nom, savoir le nom des lettres apprises quand vous les voyez.

4 – révisions de lecture jusqu’à la p.22

5 – trouver un projet à mener concernant votre apprentissage de l’hébreu: savoir lire une prière, savoir dire quelques mots, enseigner ce que vous avez appris à trois de vos amis, savoir chanter les principaux chants de l’office ou tout autre projet qui vous permettre de vous projeter dans une connaissance à long terme de la langue.

Ressources:

https://devenirjuif.wordpress.com/materiel-pedagogique/hebreu/

 

 

 

 

Redevenir juif / Cycle de conversion au MJLF-Est

Rabbin Floriane Chinsky

Être juif: Est-ce un acquis ou une recherche ? Est-ce une question d’origine ethnique, de pratique rituelle,  de culture? Est-ce adhérer à une spiritualité, à un lien historique ? S’agit-il d’un héritage ou d’une transmission?  Que signifie pour vous être juif dans cette modernité occidentale dont nous sommes les citoyens et les acteurs? Le cycle  » Re/devenir juif  » s’adresse à ceux et celles qui veulent se consacrer à ces questions pour les 18 mois à venir,  et explorer toutes les facettes de cette identité riche et complexe, dans un processus de conversion, de confirmation ou de recherche personnelle.

Les dates Janvier/Juin 2018 (année 2018-2019 à suivre)

Histoire 1 Samedi 13 et dimanche 14 janvier
Courants du Judaïsme Dimanche 14 janvier
Histoire 2 Samedi 27 et dimanche 28 janvier
Chabat 1 Dimanche 28 janvier
Chabat 2 Samedi 10 et dimanche 11 février
Pourim Dimanche 11 février
Bible 1 Samedi 10 et dimanche 11 mars
PessaH Dimanche 11 mars
Bible 2 Samedi 24 et dimanche 25 mars
Torah et pentateuque Dimanche 25 mars
Yom hashoa Samedi 7 et dimanche 8 avril
Yom haatsmaout Dimanche 8 avril
La synagogue Samedi 5 et dimanche 6 mai
Le calendrier juif Dimanche 6 mai
Shavouot Samedi 12 et dimanche 13 mai
Cycle de la vie 1 Dimanche 13 mai
Lecture de la Torah Samedi 2 et dimanche 3 juin
Cycle de la vie 2 Dimanche 3 juin
La Kasherout Samedi 16 et dimanche 17 juin
Le Talmud Dimanche 17 juin

 

Quand et où ?  

Le samedi 9h – 12h30 : Synagogue MJLF-est, 24 rue du Surmelin (20e)

Le dimanche 10h – 12h : Ecole Ganénou, 11 rue du Sergent Bauchat, (12e)

Comment s’inscrire ?

Secrétariat du MJLF (pour l’inscription) : secretariat@mjlf.org – 01 44 37 48 48

Rabbin Floriane Chinsky : Répondre dans les commentaires pour prendre contact

 

Kavana pour un mikvé de conversion

Pour partage… BéhatslaHa à tous ceux qui se présentent au Beth DIn demain! Un grand jour…

Pour Surmelin

Chers amis, chères amies,
En cette belle période de renouvellement, nous nous préparons à accueillir de nouveaux membres, qui ont achevé leur processus de retour ou leur entrée dans le judaïsme.

Nous les accueillerons à l’occasion de SimHat Torah, ce grand moment de renouement avec l’étude.

A cette occasion, je partage avec vous une « kavana », dont la traduction littérale est « intention ». « Kavana » en hébreu vient de la racine « kivoun », qui veut dire la direction. L’idée est de se préparer mentalement avant une action importante, pour en profiter pleinement. Cette Kavana est destinée à être lue par ceux qui le souhaitent avant leur immersion dans le mikvé, elle est simplement une proposition et chacun.e peut l’adapter en fonction de sa propre expérience et de son propre désir. Je l’ai écrite à l’aide de ma compréhension de ce qu’est le mikvé et de ma propre expérience de ce moment particulier, qui concerne…

View original post 772 mots de plus

Que savez-vous de la cacherout?

Ce que nous mangeons, et la façon dont nous mangeons dit beaucoup de ce que nous sommes. De quelle façon satisfaisons-nous ce besoin du corps, dans le respect de nos valeurs? Il est ici question de contrôle de soi-même, de plaisir, de responsabilité, d’articulation du collectif et de l’individuel. Comment mangez-vous? De quelle façon la cacherout alimente-t-elle vos réflexions? Voici quelques questions qui pourront vous inspirer dans vos réflexions…

  1. Que signifie le mot Kasher ?
  2. Existe-t-il un « péché de gourmandise » dans la tradition juive ? Quel sens revêt le fait de partager un repas ?
  3. Combien de fois l’expression « tu ne feras pas cuire le chevreau dans le lait de sa mère » apparaît-elle dans la Torah ? Quelle pratique en est dérivée ?
  4. Quel texte interdit de faire cuire le chevreau dans le lait de sa mère ? Quel texte interdit de manger de la viande et du lait au même repas ?
  5. Quelle est la raison symbolique de s’interdire de mélanger le lait et la viande ?
  6. A quel épisode de l’histoire de nos ancêtres se réfère l’interdiction de manger le nerf sciatique ?
  7. Quels sont les mammifères cachers ? Les poissons ? Les oiseaux ?
  8. Existe-t-il des insectes cacher ?
  9. Qu’est-ce que la cheHita ?
  10. En quoi le vin peut-il être cacher ou non ?
  11. Quels sont les végétaux interdits à la consommation ?
  12. Qu’est-ce qu’une téoudat cacherout ?
  13. Qu’est-ce qu’une « séoudat mitsva » ? En quoi la cacherout y est-elle particulière ?
  14. Que signifie l’expression tsaar baalé Haïm ? Qu’est-ce que cela devrait impliquer en termes de consommation de viande ?
  15. Quelle est la particularité de la cacherout pendant la fête de PessaH ?
  16. La matsa est faite à partir de blé. Pourquoi dans ce cas est-elle cacher à PessaH ?
  17. En quoi la cacherout est-elle difficile à pratiquer, sur le plan pratique, sur le plan de la pensée ?
  18. Qu’apporte la pratique de la cacherout à l’individu ? A la communauté ?
  19. En quoi la cacherout est-elle liée à la notion de « sainteté » ? Comment comprenez-vous cela ?
  20. Peut-on manger « trop cacher » ? Apportez des arguments en faveur et en défaveur avant de partager votre opinion.

Que savez-vous des grands rendez-vous de la vie juive?

Nos traditions nous accompagnent tout au long des grands événements de la vie. La naissance est bien évidemment l’un des grands rendez-vous traditionnels, avec la brit mila, la simHat bat, le rachat du premier né et la présentation à la synagogue. La majorité religieuse est marquée par l’entrée dans le commandements et la responsabilisation du jeune, garçon ou fille, célébrant la bar/bat mitsva, avec lecture de la Torah, direction des prières et enseignement. Le mariage est important dans la tradition juive et fonde non seulement la filiation mais également le compagnonnage. La rupture du contrat de mariage est également possible, lorsque le compagnonnage ne fonctionne plus, le divorce est prévu et doit être mis en place pour dissoudre officiellement un lien qui n’a plus de sens. La maladie, la convalescence, et la toute fin, inévitable, la mort, ont également besoin d’être accompagnés. Comment la tradition juive nous soutient-elle dans ces moments cruciaux? Voici quelques questions qui alimenterons nos réflexions.

  1. Que signifie le mot « ברית מילה» ? En quoi consiste-t-elle ? Comment nomme-t-on l’équivalent pour les filles ?
  2. Quels épisodes bibliques parlent-ils de la circoncision ? Qui sont les deux premiers mohalim de la torah ?
  3. Quel jour la brit mila doit-elle se pratiquer ? Quel est le sens de ce chiffre ? Pourquoi invite-t-on le prophète Elie ?
  4. Pratique-t-on une circoncision le chabat et pourquoi ? Dans quel cas repousse-t-on le jour de la brit mila ?
  5. Qu’est-ce que la présentation à la Torah ?
  6. Quelle bénédiction les parents font-ils aux enfants à l’occasion de la brit mila, de la simHat bat, de la bar ou bat mitsva ? Citez-la en français et si possible en hébreu.
  7. Que signifie le mot « bar/bat mitsva » ? Que fait le jeune à cette occasion ?
  8. Comment nomme-t-on le mariage ?
  9. Quelles sont les deux étapes du mariage ? Pourquoi ont-elles été jointes ?
  10. Expliquez les mots suivant et expliquez en quoi ils sont liés au mariage juif : Houpa, kidouch, shiva braHot, kétouba.
  11. Pourquoi brise-t-on un verre à la fin des mariages ?
  12. Pendant combien de temps célèbre-t-on les 7 bénédictions du mariage ?
  13. Expliquez les mots suivants : accord prémarital, guet, bet-din, agouna.
  14. En quoi un mariage libéral est-il différent d’un mariage traditionnel ?
  15. Qu’est-ce que le bikour Holim ?
  16. Qui est directement concerné par la récitation du kadich des endeuillés ?
  17. Pendant combien de temps les endeuillés doivent-ils réciter le kadich ?
  18. Pourquoi est-il important de réciter le kadich à la synagogue ?
  19. Quelles lois s’appliquent-elles pendant les 7 jours de deuil ? Qu’est-ce que les chlochim ?
  20. Quel rôle jouent les différentes lois liées au deuil ?

Que savez-vous de Rosh Hashana et de Kipour?

On ne se jette pas dans l’année juive à corps perdu. On commence par tremper doucement ses pieds dans les eaux du mois de Eloul, on se réunit le matin pour des seliHot, on étudie, on regarde les photos de l’année passée, ou son agenda, on reprend contact avec nos proches et on vérifie que les relations sont en ordre, qu’on ne garde rien sur le coeur. Alors seulement nous sommes en condition pour célébrer l’anniversaire de la création du monde, l’anniversaire de la création de l’homme. Cette célébration s’accompagne d’un questionnement moral, qui nous concerne à titre personnel au même titre qu’il concerne l’ensemble de l’humanité. Avons-nous été à la hauteur au cours de l’année écoulée? Avons-nous le désir de vivre différemment l’année qui s’annonce? Ainsi, nous considérons que Dieu nous juge lors de ces journées redoutables, qu’il prend la mesure de nos réussite et de nos échecs, qu’il examine si le monde a suffisamment de ressources pour garder une chance qu’il devienne meilleur. Dieu renouvellera-t-il le « bail » de sa Création? Rosh Hashana, comme Yom Kipour, sont donc des moments très sérieux. Mais d’un autre côté, quel plaisir que de rentrer dans cette nouvelle année de nos vies avec une conscience accrue, une meilleure compréhension, et une liberté renouvelée d’accéder à une vie qui nous ressemble. Les fêtes de Tishri sont donc ce merveilleux mélange de solennité et de joie, que nous avons plaisir à retrouver tous les ans. Que savez-vous donc de ces fêtes qui approchent? Faites-donc le point avec ces 20 petites questions, dont j’espère qu’elles sauront vous inspirer!

  1. Qu’appelle-t-on les « ימים נוראים »? Que signifie ce mot?
  2. Mentionnez toutes les fêtes de Tishri, leur nom, la traduction de leur nom, leurs dates.
  3. Que signifie le mot Rosh hashana? écrivez-le en hébreu. Quels sont les autres noms de cette fête?
  4. Quel événement Rosh hashana commémore-t-il? Dans ce contexte, peut-on dire que cette fête n’est pas une fête juive mais une fête universelle?
  5. Quelle est la grande spécificité de ראש השנה en terme de coutume? Quelles autres pratiques connaissez-vous?
  6. Que symbolise le שופר? A quels événements bibliques passés et à venir fait-il référence?
  7. Pourquoi lisons-nous l’histoire de la akéda d’Isaac à Rosh hashana?
  8. Pourquoi lisons-nons l’histoire de Hana comme haftara à Rosh hashana?
  9. Pourquoi mange-t-on de la pomme et du miel à Rosh hashana?
  10. Comment appelle-ton les jours qui séparent Rosh hashana de yom Kipour? Quelle est leur fonction?
  11. Que sont les סליחות?
  12. De quoi parle la prière « ountané tokef »?
  13. Que sont la Téchouva? La téfila? La tsédaka?
  14. Que signifie le mot « Kipour »? Pourquoi l’appelle-t-on « chabbat chabbaton »?
  15. Quelles pratiques sont interdites pendant le jour de Kipour? Pourquoi?
  16. Quelle est la haftara de l’après-midi de Kipour? Quelle en est la thématique et en quoi est-elle liée à la fête?
  17. Pourquoi s’habille-t-on en blanc à Kipour? Comment appelle-t-on ce vêtement?
  18. Qu’est ce que Kol Nidré? Qu’est ce que l’office de Yzkor? Qu’est-ce que l’office de Neila?
  19. Combien de jour durent Rosh hashana et yom kipour et pourquoi ?  (en Israël, en diaspora, chez les orthodoxes, chez les libéraux)
  20. Edmond Fleg dit « Je suis juif car pour Israël l’homme n’est pas créé, les hommes le créeent. » Que signifie pour vous cette phrase et en quoi est-elle liée aux fêtes de Tishri?